Environ 30 futures monitrices dentaires scolaires (MDS) se rassemblent dans l’amphithéâtre à Zurich. Elles viennent de toutes les régions du pays pour assister aux deux journées du cours d’introduction qui va les préparer à leur travail dans les écoles. Elles sont assistantes dentaires, enseignantes, enseignantes spécialisées ou exercent un métier sans lien avec le sujet du jour. L’ambiance est décontractée, certaines se connaissent déjà du cours préparatoire – une offre de formation supplémentaire s’adressant aux futures MDS sans formation préalable en médecine dentaire.

Les MDS s’engagent

La formation est organisée par la Fondation pour les monitrices dentaires scolaires qui agit en tant qu’organisme de conseil auprès des communes, des cantons, des autorités scolaires et du grand public afin de promouvoir la santé bucco-­dentaire dans le cadre des soins dentaires scolaires. La palette d’activités des monitrices dentaires scolaires est large. Alors que leur rôle dans les classes se bornait autrefois à l’application de fluor, il va aujourd’hui bien au-delà du «?seul?» apprentissage d’une technique correcte de brossage des dents. La plupart des communes consacrent une leçon entière à la visite de la MDS, durant laquelle les enfants apprennent à bien utiliser la brosse à dents, mais aussi les interrelations entre la santé bucco-dentaire, l’alimentation et la santé en général.

Dents saines, corps sain

Nous vivons de plus en plus vieux. Or, de nombreuses études scientifiques attestent du lien direct entre la santé bucco-dentaire et le bien-être physique général. Il est donc doublement important que les enfants apprennent dès le plus jeune âge à prendre soin de leurs dents. La santé dans le contexte de la santé bucco-dentaire offre un large champ aux MDS pour transmettre aux enfants la responsabilité de soi-même et de son corps. Quelle alimentation est bonne pour moi?? Quels goûters sont adaptés, lesquels pas?? Suite aux unités d’enseignement ludiques des MDS, les enfants sont capables de prendre des décisions en faveur de leur bien-être personnel.
À Zurich, Alexandra Papandreou, chef de projet des services de santé scolaires, présente la première des nombreuses conférences au programme de ces deux journées de formation. Les MDS vont recevoir des informations détaillées sur la médecine dentaire, l’alimentation, la promotion de la santé, la pédagogie et la didactique. Les participantes écoutent attentivement. Alexandra Papandreou leur présente de façon vivante les facteurs qui sont déterminants pour le soin que nous portons à notre santé.
Qu’est-ce qui est bon pour nous, qu’est-ce qui nous rend malades?? L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit la santé comme «?un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité?». La santé est vue comme un processus dans lequel les différents éléments sont en équilibre.

L’école compense

Les enfants qui grandissent dans un environnement familial stimulant développent plus facilement un mode de vie sain. Mais certains parents n’ont pas le temps, ou pas les connaissances nécessaires. De nombreuses études montrent l’influence majeure du niveau d’éducation et du statut socio-économique des parents sur la santé des enfants. L’école peut compenser partiellement ce qui n’est pas transmis dans les familles. Concernant un comportement sain justement, l’enseignement scolaire est particulièrement utile aux enfants des familles défavorisées. De plus, un effet multiplicateur se crée quand les enfants se font les messagers à la maison de ce qu’ils ont appris en classe. Cela représente un soutien actif à l’égalité des chances. La monitrice dentaire scolaire fait prendre de bonnes habitudes aux enfants, ce qui est favorable à l’éducation en santé dentaire, mais s’applique aussi à d’autres domaines de la vie. Elle assure ainsi une mission importante pour la société.

Théorie et exercices pratiques

Un petit groupe s’est mis en demi-cercle autour d’une des futures MDS. Avec une brosse à dents géante et un modèle d’arcades dentaires en plastique, celle-ci présente à ses collègues la technique du brossage des dents. Chaque mouvement est expliqué clairement. Les «?élèves?» du demi-cercle répètent les gestes sur elles-mêmes. Cet exercice pratique a pour but d’entraîner l’enseignement de la technique du brossage aux enfants de manière ludique, mais sert également à développer l’assurance face à une classe.
Les monitrices dentaires scolaires doivent faire preuve d’importantes compétences pédagogiques et didactiques dans leur travail avec les enfants et les adolescents. Structurer une leçon et faire en sorte que tous les enfants en tirent le même bénéfice, voilà un sacré défi pour les MDS qui n’ont généralement pas suivi de formation pédagogique. D’où la part belle faite à l’enseignement des compétences essentielles correspondantes lors du cours d’introduction de deux jours à Zurich. Comment créer un environnement pédagogique motivant?? À quoi faut-il prêter attention pour concevoir une leçon intéressante?? La transmission du savoir est-elle adaptée à l’âge des participants, le but pédagogique est-il atteint?? Les MDS doivent se poser ces questions, au même titre que n’importe quel enseignant.

Une bonne ambiance, un important critère d’apprentissage

Miriam Compagnoni, ancienne enseignante et psychologue, s’est intéressée de près à ces questions. Lors de son exposé, elle donne aux futures monitrices un aperçu intéressant de l’évolution du cerveau et illustre les facteurs essentiels à un apprentissage réussi. En effet, en plus de l’aspect rationnel, l’ambiance lors de l’apprentissage, les relations personnelles et la communication durant la leçon exercent une influence décisive sur le contexte d’apprentissage. D’après Miriam Compagnoni, une monitrice dentaire scolaire qui est sincère et respectueuse, qui s’intéresse à ses élèves et leur laisse choisir de temps en temps les exercices fait déjà beaucoup pour créer et entretenir une bonne ambiance d’apprentissage.

Structure et variété

Pour que les connaissances puissent être appliquées au quotidien, il est important de formuler un objectif d’apprentissage clair, adapté au niveau des élèves, et de bien structurer la leçon. Une approche éprouvée consiste à diviser la leçon en alternant les phases d’information et de mise en pratique. Cela permet non seulement une bonne organisation du temps, mais assure en outre que tous les éléments nécessaires à une leçon ont bien leur place. Lors du cours d’introduction, les futures monitrices dentaires scolaires testent en pratique ce que cela signifie exactement. En groupe, elles préparent une leçon. Le résultat de l’exercice est ensuite discuté en plénum et affiné.
À la fin des deux journées de cours, les futures MDS repartent avec un bon bagage de connaissances et de compétences, en médecine dentaire et en pédagogie. Les échanges et les discussions soutenues apportent également des informations précieuses. Pour une participante, le plus grand défi à relever pour une monitrice dentaire scolaire est de ne pas connaître la classe aussi bien qu’un enseignant régulier, et de devoir toujours s’adapter à l’ambiance. Pour une autre, il s’agit de l’organisation des rendez-vous et de savoir s’adapter aux capacités des enfants qui varient en fonction de leur âge.

La prévention est un travail d’équipe

L’enseignement des soins dentaires aux enfants et aux adolescents fait partie de la mission éducative de l’école. Il est donc important que les monitrices dentaires scolaires, qui sont des «?enseignantes invitées?», se voient comme un membre de l’équipe pédagogique et cherchent activement le contact. Car, en fin de compte, la promotion de la santé bucco-dentaire en Suisse dépend de la bonne coordination de tous les acteurs impliqués?: les médecins-dentistes tout comme les monitrices dentaires scolaires, le corps enseignant et l’industrie, avec des produits de soins dentaires spécialement adaptés aux enfants.