« Les acteurs doivent enfin prendre leurs responsabilités », exige la conseillère nationale PDC Ruth Humbel. Le parti du centre récolte des signatures pour une ­initiative visant à baisser les primes et à mettre un frein aux coûts de la santé. Le but de cette intervention du PDC est d’obliger la Confédération et les cantons à prendre des mesures si les coûts de la santé augmentent trop fortement par rapport à l’évolution des salaires – mais le PDC ne mentionne volontairement pas quelles devraient être, concrètement, ces mesures.
Pour le PS, aucun ménage en Suisse ne devrait consacrer plus de 10 % de son revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Le parti a donc lancé l’initiative d’allègement des primes, qui vise un meilleur soutien de la Confédération et des cantons aux revenus moyens et faibles, à travers un système individualisé de réduction des primes d’assurance-maladie.
Le PLR s’oppose à plus de régulation. Selon le conseiller national Philippe Nantermod, l’étatisation du système de santé en aggraverait l’inefficacité. La recette des libéraux : plus de qualité grâce à une liberté de choix et une transparence accrues, accompagnées d’une plus grande responsabilisation des assurés.
Quels sont les éléments de la politique de santé à modifier rapidement selon l’UDC ? D’après le conseiller national UDC Thomas de Courten, il faut renforcer la responsabilité individuelle des assurés. Pour le parti, l’augmentation des coûts de la santé tient principalement à l’offre excédentaire.
Les discussions sur ce ­sujet « chaud » vont nécessairement se poursuivre en cette année d’élections.

 Lisez l’article complet au format PDF.