Christoph Senn, la SSO a récemment adapté le modèle d’affaires de son Portail de l’emploi (sso-jobs.ch). Les chercheurs d’emploi enregistrés peuvent désormais publier des annonces et consulter des offres d’emploi gratuitement. Qu’est-ce qui a motivé la SSO à franchir ce pas ?

Nous voulons à moyen terme affirmer la position sur le marché du Portail de l’emploi de la SSO. Les expériences récentes que nous avons faites nous ont montré que le modèle d’affaires en vigueur jusqu’ici ne répondait plus suffisamment aux besoins actuels des clients. La SSO ne peut en effet guère s’affranchir des normes qui se sont établies dans la branche. L’adaptation apportera plus de dynamisme au portail et accélérera les processus d’échange. Pour atteindre son objectif, sso-jobs.ch doit augmenter sa visibilité auprès des groupes cibles et étendre sa portée. Une campagne de communication est en cours de préparation.

De nombreux portails numériques de l’emploi se disputent les faveurs des entreprises et des demandeurs d’emploi. Comment la SSO peut-elle s’imposer auprès de ses groupes cibles ?

En faisant appel à sa connaissance de la branche et en proposant des formules taillées sur mesure. Nous devons encore mieux tirer parti de nos avantages concurrentiels. SSO-jobs est le portail de l’emploi des médecins-dentistes suisses pour les médecins-dentistes suisses. Personne d’autre que la SSO ne connaît les besoins des médecins-dentistes et des membres qui constituent l’équipe du cabinet dentaire aussi bien que nous. Quelques idées actuellement en discussion ? Marquer spécialement les offres d’emploi qui s’adressent aux jeunes médecins- dentistes qui viennent d’obtenir leur diplôme fédéral et créer une offre spécifique à l’intention des médecins-dentistes qui souhaitent remettre leur cabinet.

Sur le marché, le service de l’emploi de la SSO ne constitue qu’une offre parmi de nombreuses autres. Quelle est la stratégie de la SSO en matière de recrutement de nouveaux membres ?

Nous aimerions proposer des offres attrayantes à tous nos membres, quelle que soit l’étape de leur carrière professionnelle : les étudiants sont exonérés de cotisations, les médecins-dentistes assistants profitent de formations continues avantageuses et les propriétaires de cabinet bénéficient de prix préférentiels auprès de certains partenaires – allant des constructeurs automobiles aux grossistes en passant par les fournisseurs de con sommables et de matériel de bureau. Pour ne citer qu’un exemple, les membres de la SSO peuvent commander une carte client auprès de la société Transgourmet et se fournir moins cher dans tous les marchés Prodega.

Aujourd’hui, les millénariaux, fréquemment appelés « génération Y », représentent 35 % de la population active. Cette évolution a également des répercussions sur les associations professionnelles comme la SSO. Comment la SSO tient-elle compte des besoins des jeunes médecins-dentistes ?

Les besoins et attentes de la prochaine génération de médecins-dentistes diffèrent des nôtres. C’est pour cette raison que nous sommes à l’écoute. Nous invitons de jeunes médecins-dentistes à des ateliers et, avec eux, nous identifions les défis qu’ils auront à relever et esquissons les solutions futures. Ce qui est certain, c’est que, encore plus que nous, les jeunes s’interrogent quant au sens d’une affiliation à la SSO et qu’ils demandent à être convaincus.

Quelle offre préférentielle pouvez-vous plus particulièrement recommander ?

Je recommande à tous les propriétaires de cabinet membres de la SSO de s’affilier à la caisse de compensation AVS associative Medisuisse. Ils bénéficient ainsi d’une participation aux frais administratifs comparativement basse dont le montant correspond environ à leur cotisation annuelle à la SSO, ce qu’encore beaucoup trop de consoeurs et confrères ignorent.