La prévalence des érosions dentaires est en augmentation. En raison de la destruction, la qualité de vie peut être affectée et des restaurations peuvent être nécessaires. Une prophylaxie est donc importante. Lors des consultations avec le personnel compétent, la question de l’érosivité des différentes boissons et aliments se pose régulièrement, car ce facteur joue un rôle important dans le développement des érosions et il est contrôlable par le patient. Mais les données accessibles sont peu nombreuses. Le présent travail donne un aperçu des effets érosifs d’un total de 116 boissons, aliments et médicaments.
La dureté d’échantillons d’émail (provenant de 1020 prémolaires et de 300 dents de lait) a été mesurée, puis une pellicule de salive humaine a été formée sur ces échantillons. La dureté de l’émail a été mesurée à nouveau après deux ­minutes d’exposition à la substance testée.
Le potentiel érosif des substances testées varie considérablement. Il s’est avéré que certains produits acides ne causent pas d’érosion, alors que certains produits dont le pH est élevé ont un potentiel érosif plus important.
Le potentiel d’érosivité des substances répertoriées ne représente qu’un élément d’un processus multifactoriel. Pour cette raison, les autres facteurs étiologiques sont également ­discutés brièvement dans cet aperçu. Les tableaux présentés ici sont donc seulement une aide sur le chemin parfois difficile d’un diagnostic correct.

 Lisez l’article complet au format PDF.