D’habitude, la gérodontologie ne figure qu’à l’ordre du jour des congrès de la Société suisse de médecine dentaire pour handicapés et personnes âgées (SGZBB). Cette année cependant, c’est la SSO qui lui a consacré l’intégralité de son congrès annuel. C’est à considérer comme un authentique message : la SSO accorde la plus grande importance à notre population vieillissante et aux défis d’importance que cette évolution pose à nos médecins-dentistes.

Nos aînés n’ont aujourd’hui plus grand-chose de commun avec les personnes fragiles et vieillies que nous voyions encore sur les bancs de nos jardins publics il y a une trentaine d’années ». C’est par ces mots d’introduction que le professeur Dr Christian Besimo, président de la commission scientifique du congrès, a ouvert la manifestation. Jamais auparavant en Suisse n’avait eu lieu un congrès si important consacré à la gérodontologie. Le sujet se trouvait placé auparavant sur un pied d’égalité avec les soins aux pensionnaires des maisons de retraite. Mais cela ne suffit pas, comme l’a souligné le professeur Besimo : il faut mettre plus d’accent sur les personnes âgées qui vivent encore chez elles.

Le discours de l’ancien conseiller fédéral Adolf Ogi a été le point culminant du congrès SSO de cette année. Diriger, c’est motiver ses gens pour une mission, les enthousiasmer et les encadrer, a-t-il expliqué. Il a été remercié sous un grand applaudissement.