Oliver Zeyer, vice-président de la SSO, et Monika Lang, responsable du Secrétariat des congrès de la SSO, ont expliqué en quoi la SSO Dental Conference 2020 @home se différencie d’autres formules.

En raison de la pandémie de COVID-19 et des restrictions imposées par les autorités, de nombreux organisateurs d’événements se tournent vers les formules virtuelles. En quoi la SSO Dental Conference 2020 @home (SDC 2020 @home) se différencie-t-elle d’autres manifestations comparables ?

Oliver Zeyer : Le Congrès de la SSO veut ­offrir un programme de formation continue varié, axé sur la pratique et porté par des intervenants ­issus des disciplines les plus diverses de la médecine dentaire. Nous voulions préserver ce principe et le transposer dans le monde numérique. Par ailleurs, l’étalement sur deux jours est inhabituel pour de telles manifestations en ligne. Nous sommes en outre heureux de constater que pour ainsi dire tous les ­intervenants qui ­auraient contribué au congrès présentiel ont accepté de participer à la SDC 2020 @home.

Monika Lang, vous êtes une organisatrice de congrès expérimentée. Avec la SDC 2020 @home, la SSO explore un territoire inconnu. Quelles sont vos attentes ?

Monika Lang : J’espère que, même en l’absence de contacts sociaux, les médecins-dentistes seront nombreux à profiter de cette offre exceptionnelle. La SDC 2020 @home leur permettra de suivre des heures de formation continue confortablement, depuis chez eux, sans frais de déplacement ni d’hôtel. De plus, chaque participant qui ne sera pas en mesure de suivre les exposés en direct les 27 et 28 août prochains pourra y accéder plus tard à la demande.

Quel est votre état d’esprit en ce moment : impatience ou appréhension ?

Lang : Je suis très impatiente. Je me réjouis de cette première.

Qu’est-ce qui devrait tout particulièrement plaire aux participants à la SDC 2020 @home ?

Zeyer : Pour commencer, la conférence d’ouverture. Nous sommes parvenus à engager l’une des personnalités les plus connues de Suisse du moment : Daniel Koch. Ancien délégué de l’Office fédéral de la santé publique à la COVID-19, il nous donnera un aperçu de première main de ses précédentes activités. Cela dit, la SDC 2020 @home permettra de suivre les exposés au calme. Il sera possible de participer au congrès à son rythme personnel, que ce soit en route sur un téléphone mobile, depuis la maison sur un ordinateur de bureau ou en vacances sur une tablette numérique.

Les contacts personnels sont une dimension importante lors de chaque congrès. Comment les participants à la SDC 2020 @home pourront-ils ­interagir ?

Zeyer : Comme ils ont déjà pu le faire ces dernières années, les participants auront la possibilité de poser des questions durant ou à la fin de chaque exposé en utilisant leur téléphone mobile et les intervenants y répondront dans la foulée de leur intervention. Et pour les échanges entre participants, ceux-ci peuvent se rendre sur l’Open forum, la plate-forme virtuelle de discussion de la SSO qui est accessible depuis le domaine réservé aux membres du site Web de la SSO (www.sso.ch).

Quels sont les défis techniques qui vous attendent ?

Lang : Il y en a plusieurs. Pour la SDC 2020 @home, nous installerons un studio de télévision mobile dans un hôtel de la ville de Berne. Pour fonctionner de manière synchronisée, caméras, tables de mixages, microphones et logiciels de transmission doivent être reliés par de nombreuses interfaces. En direct, comme à la demande, les exposés seront gérés et diffusés à partir d’un site Web dédié. Heureusement, nous pouvons compter sur les services d’une entreprise expérimentée en technique de congrès.

D’habitude, les intervenants s’adressent à un public présent physiquement dans la salle. Auront-ils été spécialement formés avant de présenter leur exposé devant une caméra ?

Lang : Ils ne recevront que de brèves instructions ; nous ne leur donnerons pas de consignes concrètes. Il faut qu’ils se sentent à l’aise et qu’ils puissent présenter leur exposé comme ils en ont l’habitude.

Est-ce que la SDC 2020 @home restera un événement unique ?

Zeyer : Il est trop tôt pour se prononcer sur la question. Pour nous, une chose est sûre : chaque fois que nous le pourrons, le Congrès de la SSO sera organisé en la forme présentielle. En effet, cette manifestation est l’occasion pour la SSO d’offrir à ses membres un programme récréatif attrayant en marge du programme scientifique. De plus, force est de reconnaître que l’exposition dentaire et les échanges confraternels gagnent beaucoup à se dérouler dans le monde réel plutôt que dans un environnement virtuel.

vers l’inspriction