On croit connaître les Romands. Lorsque l’on vote sur des objets de politique sociale, le dimanche soir les retrouve régulièrement dans le rôle des perdants. Contrairement aux Suisses alémaniques, généralement peu favorables aux interventions de l’État, les Romands passent pour étatistes. En voici un exemple récent : Si, ces dernières années, il n’en avait tenu qu’aux Romands, la Suisse aurait aujourd’hui une caisse-maladie unique. Lors de chaque votation la Suisse romande s’est prononcée pour la caisse unique, alors que les cantons alémaniques repoussaient l’initiative.

 Lisez l’article complet au format PDF.