En fonction des symptômes du ­patient, un traitement psychologique de la douleur peut élargir, si nécessaire, les mesures odontologiques. Les techniques d’autoassistance (self help) sont utiles par exemple pour réduire les peurs, les inquiétudes et l’anxiété, qui s’accompagnent souvent d’une augmentation du tonus des muscles masticatoires. Cette augmentation du tonus musculaire peut se manifester cliniquement par des grincements de dents (bruxisme), des tensions douloureuses au niveau du visage et d’autres symptômes non spécifiques, tels que les acouphènes. La pertinence de ces interventions est illustrée par une sélection d’études de cas ­issus de la pratique clinique quotidienne.

 Lisez l’article dans le format pdf.